Qualité et qualifications

LA QUALITÉ,
PLUS QU’UNE BELLE
PROMESSE

Dans le marché des services linguistiques, tous les fournisseurs prétendent offrir un service de qualité, ne serait-ce qu’implicitement. Dans les faits, on retrouve de tout sur le marché : de l’excellence à l’incompétence. Les promesses et garanties peuvent cacher de sérieuses lacunes : certifications sans lien avec le secteur langagier, processus inadaptés ou études de cas non pertinentes. Lorsqu’il s’agit de traduction et de localisation, votre réputation et votre réussite sont en jeu. Assurez-vous de comprendre ce qui définit un service de qualité et choisissez le meilleur partenaire.

LES DEUX FACETTES DE LA QUALITÉ

La qualité des communications multilingues ne dépend pas que des mots. Elle repose sur différents facteurs qui contribuent à l’atteinte de vos objectifs dans les langues et les marchés que vous ciblez. Ces facteurs se regroupent en deux catégories.

La qualité du contenu des communications

La qualité conforme aux normes de chaque langue

  • Grammaire
  • Orthographe
  • Structure et logique
  • Terminologie
  • Niveaux de langue

La qualité conforme aux normes de votre organisation

  • Vos messages
  • Vos concepts
  • Votre terminologie
  • Votre ton et votre style
  • Votre culture
  • Votre marque

La qualité de la gestion des projets

  • Recrutement d’experts compétents, dignes de confiance et productifs
  • Attribution optimale des mandats aux experts les mieux qualifiés
  • Respect de toutes les échéances, en tout temps
  • Gestion et contrôle des coûts
  • Processus éprouvés et certifiés d’assurance qualité
  • Gestion professionnelle de la technologie
  • Gestion rigoureuse des risques
  • Protection de l’information et respect de la confidentialité
  • Facturation sur mesure
  • Suivi détaillé des résultats
  • Amélioration continue des processus et des activités

LES CINQ PIÈGES DE LA GESTION DE TRADUCTION

Dans un secteur où l’on trouve de tout, de l’excellence à la médiocrité, les risques sont nombreux. Vous pouvez vous éviter des déceptions en prenant garde aux cinq grands pièges de la gestion de la traduction.

La qualité mal définie

L’assurance qualité repose sur des critères à la fois objectifs et subjectifs. Assurez-vous que votre fournisseur de services linguistiques comprend vos attentes.

L’absence
d’experts attitrés

Votre fournisseur ne dispose peut-être que d’une petite équipe interne de linguistes, ayant principalement recours à des sous-traitants mal supervisés et travaillant au rabais.

Les
promesses d’économies irréalistes

On peut vous présenter des prix et des réductions irréalistes, qui s’expliquent par le recours à des ressources non qualifiées ainsi qu’à l’utilisation de logiciels non supervisée.

L’automatisation non professionnelle

Certains fournisseurs font passer la technologie avant le travail professionnel, en offrant des services comme la traduction automatique avec un contrôle minimum de la qualité ou, pire, sans aucune révision. Le résultat peut être désastreux.

Les failles de sécurité

Vous confierez sans doute des renseignements confidentiels à votre fournisseur de services de traduction et de localisation. Méfiez-vous des entreprises qui s’appuient sur des réseaux mondiaux dont les dispositifs de sécurité sont insuffisants.

LES NORMES PROPRES
AU SECTEUR DE LA TRADUCTION

Le secteur de la traduction et de la localisation dispose de normes de qualité officielles qui lui sont propres et auxquelles tout partenaire langagier digne de ce nom doit se conformer. Ces normes ne sont pas remplaçables par les normes génériques ou internes dont se servent certaines entreprises langagières pour certifier artificiellement la qualité de leurs services.

Les normes à rechercher

  • Les normes de qualité officielles qui sont propres au secteur langagier
    et qui exigent une certification par les autorités du secteur
    Exemples : ISO 17100 et CAN/CGSB-131.10-2008
  • Les normes professionnelles officielles établies et encadrées par des ordres professionnels de langagiers
    Exemples : CTTIC ou OTTIAQ au Canada

Les normes à éviter

  • Les normes génériques qui donnent des repères qualitatifs pour n’importe quel secteur d’activité, mais sans tenir compte de ses particularités
    Exemple : ISO 9001
  • Les normes que des entreprises langagières créent elles-mêmes pour autocertifier leurs propres critères et processus, sans aucune garantie des autorités du secteur

L’APPROCHE QUALITÉ INTÉGRALE DE VERSACOM

Nos experts connaissent toutes les facettes et toutes les normes de qualité qui contribuent à l’efficacité de vos communications multilingues et transforment votre investissement en avantage concurrentiel. Nous savons ce qui peut mettre la qualité en péril et vous exposer à des risques lourds de conséquences. L’approche de Versacom est fort simple : le respect des normes de qualité reconnues, preuves à l’appui, et des communications authentiques et transparentes avec nos clients.